Blog - Amour, Loire et beauté - Galorbe

Amour, Loire et beauté

Voyage... que dis-je... "AVENTURES"
pour seau et bottes en caoutchouc
Bref, après une après midi les pieds dans l'eau (voir billet 2), ma modèle préférée et moi décidont de revenir le lendemain pour passer la deuxième couche et surtout profiter de la beauté surréaliste de ma muse dont les formes exceptionnelles n'ont d'égal que sa patience de sainte (j'en rajoute un peu parce qu'elle est pas chère) en la mettant en scène dans ce paysage tout aussi surréaliste.
Nous re-voilà donc sur le site, armés de balais-éponge, seau, lessive et serviette, à rechercher THE image qui nous aidera à faire passer nos revendications politiques, nos idées revendicatrices et nos opinions à faire renverser le monde :
"Bon, tu te mets là, tu prends le balais... et tu frottes!"
Ahhh ouais... là, y a du message !
Je tiens à préciser que TOUT EST CALCULE à l'avance bien entendu (on est des professionnels), les esquisses ont été dessinées le matin, murement réfléchies, les poses répétées, le soleil commandé, les messages finement étudiés, on a déjà le résultat dans la tête. A se demander pourquoi on se déplace, franchement... : 
"Bon... qu'est ce qu'on fait maintenant ? ben... ch'ais pas... si je me mettais à poil? ah ben oui tiens, mets toi à poil..."
Les Femens... c'est des foétus de scouts à cotés de nous !
Je crois que c'est à ce moment précis que la révélation révélatrice s'est révélée à nos yeux z'ébahis : de l'eau (heuh... pas trop profonde), un homme viril, musclé et super intelligent (moi), une assistante charmante, super intelligente en pleine rédaction de thèse sur le haras de Cluny au XVIII eme siècle et décidément de plus en plus jolie (ma modèle vraiment pas chère et de plus en plus patiente).... et Dieu !
Comme par hasard, on avait emmené une housse de couette presque blanche (on est des professionnels) alors, vas-y Jésus, montre nous ce que tu sais faire !
... Alléluya ...
C'est à ce moment précis, quand justement j'entrais en une sorte de transe divine, où la sainte lumière m'éblouissait de ses rayons ardents, que j'ai entendu un "crac" sec (si je puis dire) suivi d'un énorme "sgraousvloufff" (très dur à retranscrire avec des mots de simple mortel). 
Le sol venait de se dérober sous mes 79,999 kg de muscles et d'intelligence... et le seau aussi par la même occasion ! Très étrange cette sensation de "perte d'altitude" en pleine béatification, la chute à duré une fraction de seconde mais elle s'est passé au ralentis comme dans tout bon film américain qui se respecte.
Mais il était trop tard : ma jambe avait disparue dans la gueule béante d'une monstre aquatique et sanguinaire, blanc et brillant (et affamé), appelé communément "seau en plastique d'une qualité de merde".
Je tiens à remercier ma modèle préférée qui, dans un réflexe que personnellement je n'aurais pas eu, a préféré s'inquiéter de ma santé physique plutôt que prendre la scène en photo.
Et là... j'ai senti le souffle froid (et un peu humide aussi) de la mort, j'ai vu le tunnel sombre avec la lumière blanche au bout, avec des êtres chers qui tendaient des mains accueillantes vers moi...
Bref, je suis retourné au bord avec mon bout de seau dans la main, ma couette trempée dans l'autre et en laissant ma dignité au fond de la Loire.
Je passe les détails pour épargner les âmes sensibles qui n'aurait pas mon courage de baroudeur professionnel (traumatisme cranien du pied droit, 72 points de soutures que j'ai fait moi même avec un caillou et des algues dont moi seul connait le secret, la perte de 18 litres de sang due à une hémorragie du poumon de l'orteil et douleur intenable que j'ai maitrisé admirablement grâce à une technique de self controle apprise à l'armée pendant le guerre de mai 68).

Putain d'guerre ! 
Putain de crue !
Voir la galerie "AMOUR, LOIRE et BEAUTE"

  • No Comments
Powered by SmugMug Log In